A l’inauguration d’#expoviz

Du 16 au 23 juin, dans le cadre de Futur en Seine, La Fonderie expose la datavisualisation au campus des cordeliers à Paris pendant Expoviz. 8 jours rythmés par des ateliers, un datatuesday et une journée entière de conférences pour découvrir, apprendre et expérimenter la dataviz. 

image

En tout, 50 panneaux se sont installés dans les arcades du campus des cordeliers structurés en cinq grands thèmes autour de la datavisualisation. Ils sont complétés par une salle numérique qui permet d’augmenter tous les contenus physiques (eux-même déjà QRCodés ou NFCisés ;) ) 

Lors de l’inauguration, Jean-Baptiste Roger, directeur de La Fonderie a insisté sur la dimension pédagogique et exportable. 

#expoviz expo pédagogique, ouverte et collaborative. Il y a aussi une boite à outil sur la dataviz

— William Beuve-Méry (@wbeuvemery)

Juin 16, 2012

L’exposition est déjà prévue à Brest pour sa prochaine étape ! 

A La Fonderie, on s’occupe du numérique

Le 12 mars dernier, j’étais à la soirée d’inauguration de la nouvelle identité d’ARTESI, devenue La Fonderie, agence numérique d’île de France, invitée par Jean-Baptiste Roger lui-même ! :) Depuis le temps qu’on se croisait par twitter, on n’avait jamais eu l’occasion de prendre le temps discuter.

image

Bilan : on se parle cinq minutes, le temps de se dire qu’il faut absolument que l’équipe Knowtex passe à La Fonderie. C’est fait, c’était aujourd’hui. :)

En rendez-vous très sympa avec @GayaneAdourian et @NicolasLoubet#Knowtex #LaFonderie

— Jean-Baptiste Roger (@jbroger)

Mars 27, 2012

Ce qui est rigolo, c’est ce nom. Quel rapport entre La Fonderie et le numérique ?

D’abord c’est l’idée de refondre Artesi en quelque chose de neuf, comme on refonderait du métal ancien. Ensuite, c’est aussi parce que l’équipe à une affinité particulière pour la typographie et la fonderie c’est ce qui permet de réaliser les caractères. Enfin, c’est lié au fait que le numérique s’inscrit dans un continuum, qu’il vient d’une histoire industrielle particulière et d’infrastructures existantes. Du coup, cela inclut l’idée du faire, de la révolution industrielle qui nous a permis d’arriver aujourd’hui au numérique.

Pour les objectifs de La Fonderie, le mieux, c’est d’écouter Jean-Baptiste lui-même.